Membres et appuis

Vous souhaitez recevoir de l’information sur la campagne et le recours juridique?

Vous êtes d’accord avec la déclaration d’appui?

Devenez membre! 

La déclaration d’appui

Nous croyons que les prestataires d’aide sociale devraient avoir le droit de circuler librement, que ce soit pour participer à un événement spécial, se rendre au chevet d’un proche malade, permettre aux enfants de connaître la famille éloignée, ou toute autre raison.

Les motivations sont multiples de vouloir séjourner en dehors du Québec. Pourtant, depuis mai 20158, une personne qui quitte le Québec pour plus de 7 jours consécutifs (ou 15 jours cumulatifs) dans un même mois, perd son droit à l’aide sociale parce que l’Aide sociale considère que la personne a perdu sa résidence au Québec.

Avec ce règlement, le gouvernement attaque la capacité des plus vulnérables à maintenir leurs liens avec leurs familles et amis qui vivent hors du Québec. Les prestataires qui quittent temporairement le Québec et voient leurs prestations d’aide sociale coupées risquent de se trouver en situation d’itinérance ou de dénuement.

Nous demandons au gouvernement du Québec d’abolir ce règlement discriminatoire et injuste envers les prestataires d’aide sociale.

Qui porte la campagne pauvre + captif?

La campagne est l’initiative de groupes communautaires, de juristes et de prestataires de l’aide sociale inquiets et outrés par des changements apportés en avril 2015, à l’aide sociale. Ces modifications nuisent à la dignité des gens qui reçoivent de l’aide de dernier recours, en plus de renforcer les préjugés sur la pauvreté.

Témoins des conséquences de ces nouvelles restrictions dans la vie de leurs membres et participant.e.s, des groupes communautaires montréalais s’unissent pour démontrer l’injustice d’une de ces restrictions: les absences du Québec limitées à 7 jours consécutifs ou 15 jours cumulatifs par mois, sous peine de se faire couper l’aide sociale.

La mesure 7/15 rend encore plus précaire la vie de plusieurs personnes qui ont de la famille et des proches ailleurs au Canada ou dans le monde. C’est pourquoi elle est considérée discriminatoire et qu’elle brime les droits des prestataires d’aide sociale.

Lisez les témoignages ici.

Partagez votre témoignage: votre histoire.

Pour toute question, contactez-nous : pauvreetcaptif@actiongardien.org

Publicités