Témoignage-Testimony

Raymond Gariépy avait prévu passer la dernière quinzaine de décembre chez la famille à Ottawa et à Toronto après avoir reçu un coup de fil d’une nièce. «Ça te tente de venir avec nous?» Une invitation alléchante pour l’homme de 52 ans qui voit ses proches trop peu souvent. Mais son séjour en Ontario est maintenant annulé.

M. Gariépy a communiqué en début de semaine avec un agent du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) pour demander la possibilité d’obtenir une «dérogation». Il s’est fait répondre que sa prestation serait interrompue s’il quittait la province plus de sept jours consécutifs. Point à la ligne. Il avoue avoir «pété sa coche» au téléphone.

Surtout que c’est la seconde fois en quelques mois seulement qu’on lui interdit de profiter de la vie, pour ce qu’elle peut encore apporter. À l’automne, il devait faire un voyage d’une dizaine de jours avec un de ses frères. «Impossible», avait tranché le MESS

L’homme de 52 ans a une contrainte sévère à l’emploi depuis de nombreuses années en raison de problèmes de santé qui remontent à l’adolescence. Les autres membres de la famille sont à la retraite, mais ont toujours travaillé. Il est issu de la classe moyenne.

«Je n’ai pas choisi d’être prestataire», (…), j’ai moins de liberté qu’un prisonnier parce que j’ai des problèmes de santé depuis l’adolescence. On devient l’ennemi de l’État, c’est malsain», soutient-il.

Jean-François Néron, Seul à Noël à cause des nouvelles mesures d’assistance sociale, Le Soleil, 26 novembre 2015.


Raymond Gariépy had imagined spending the holiday season with his family in Ottawa and Toronto after having received a phone call from his neice. “Would you like to come and stay with us?”  A very attractive invitation given that Mr Gariépy, 52 years old, very rarely sees his family.  But his trip to Ontario has now been cancelled.

At the beginning of the week, Mr. Gariépy communicated with a welfare agent to ask about the possibility of receiving an “exception.”  He was told that he would be cut off welfare if he left the province for more than 7 consecutive days.  End of story.  He said he “lost it” on the telephone.

This has been the second time in only a few months that the welfare system has prevented him from seing his family.  In the fall he was supposed to go on a ten day trip with one of his brother.  “Impossible,” said his welfare agent.

Mr. Gariépy has severe obstacles to employment because of health reason that go back to his adolescence.  The other members of his family are retired, but have often worked.  He is from the middle class.

“I didn’t choose to be a welfare recipient (…) I have freedom than a prisoner because of these health problems I’ve had since I was a teenager.  We come enemies of the state.  It’s not right” says Mr. Gariépy.

Translation of an article written in french : Jean-François Néron, Seul à Noël à cause des nouvelles mesures d’assistance sociale, published in Le Soleil, 26 novembre 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s